/*

La planète , l’univers : Morts et vifs

Vous êtes ici : Accueil » Astronomie » La planète , l’univers : Morts et vifs
La planète , l’univers : Morts et vifs

Morts et vifsJ’ai entendu dans une chanson de Laurie Anderson : «Main­tenant que les vivants sont plus nombreux que les morts…» Est-ce vrai ? Est-ce même seulement envisageable ? Comment fait-on ce genre de calculs ?

La réponse ci-dessous est basée sur des calculs de l’institut international de statistique.

Si la population mondiale avait toujours crû à son rythme actuel, doublant à chaque génération, les vivants seraient plus nombreux que les morts.

En fait, il y a eu de longues périodes au cours desquelles la population n’a pratiquement pas augmenté, alors que les morts s’accumulaient. On dispose de données fiables pour toute la période historique: les Romains et les Chinois tenaient des registres assez précis.

Avant cette période, les estimations se basent sur les éten­dues cultivées ou utilisées pour la chasse. Selon J. N. Biraben, la population mondiale s’élevait à 500000 personnes en 40000 av. J.-C. Elle a atteint 200 à 300 millions en l’an mille, et un milliard au début du XIXe siècle.

En multipliant la population par le taux de décès estimé, on découvre que le nombre total de morts entre 40000 av. J.-C. et aujourd’hui est de l’ordre de 60 milliards. La population actuelle s’élève à 6 milliards seulement.

Même si les estimations sont grossières, les erreurs possibles ne peuvent remettre en cause le fait qu’il y a eu beaucoup plus de morts qu’il n’y aura jamais de vivants.

Dans le jardin d’Éden, les vivants (2) étaient plus nombreux que les morts (0).

Dans l’épopée indienne du Mahabharata, cette question est posée à Yudisthira par le dieu Yama, gardien des mondes sou­terrains, afin de tester son intelligence, sa sagesse et sa droiture.

Yama se déguise en cigogne veillant sur un étang. Les quatre frères de Yudisthira, qui y ont bu de l’eau sans pou­voir répondre à une seule question, ont tous péri. La cigogne demande à Yama: «Des vivants et des morts, lesquels sont les plus nombreux?» Et Yudisthira répond: «Les vivants, car les morts ne sont plus ! »

Yama accepte cette réponse, comme toutes les autres réponses de Yudisthira. Tout est bien qui finit bien puisque Yudisthira est en fait le fils de Yama, qui ressuscite du coup les frères disparus.

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié