Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ ASTRONOMIE

Qu’y a-t-il à l’intérieur d’un trou noir ?

Vous êtes ici : » » Qu’y a-t-il à l’intérieur d’un trou noir ? ; écrit le: 15 février 2012 par aboura

Qu’y a-t-il à l'intérieur d’un trou noir ?Un trou noir se compose de trois parties :
  • l’horizon des événements, qui est la frontière entre l’inté­rieur du trou noir et le reste de l’Univers ;
  • la singularité, qui est le cœur du trou noir, et qui est for­mée de la compression ultime de toute la matière qu’il contient, sauf de :
  • Ma matière qui tombe sur le trou noir, depuis l’horizon des événements vers la singularité.

Les sections qui suivent décrivent ces parties avec davantage de détails.



L’horizon des événements

L’horizon des événements est une surface sphérique qui défi­nit le trou noir. Une fois à l’intérieur de l’horizon des événements, un objet ne pourra plus jamais res­sortir du trou noir ni être à nouveau visible de quiconque à l’extérieur. Et depuis l’intérieur de cet horizon, il n’est pas non plus possible de voir quoi que ce soit à l’extérieur.

Le rayon de l’horizon des événements est proportionnel h lu masse du trou noir. Doublez la masse du trou noir, et l’horizon des événements sera deux fois plus étendu. Si les scienti­fiques possédaient un moyen de comprimer la Terre pour en  faire un trou noir (heureusement, ils n’en ont pas, et s’ils rn avaient un, je ne vous le dirais pas), cela donnerait un horizon des événements de rayon inférieur à 2 cm.

Les petits trous noirs, ou trous noirs stellaires, ont des masses qui sont approximativement égales à 3 fois la masse du Soleil, ou supérieures. Les trous noirs supermassifs ont des masses égales à plusieurs centaines de milliers de fois ou même plusieurs mil liards de fois celle du Soleil. Les trous noirs stellaires résultent de la mort de grosses étoiles.les trous noirs supermassifs semblent se trouver au centre de galaxies, et ils pourraient provenir de la fusion de nombreimiHI étoiles qui étaient proches les unes des autres lorsque ces galaxies se sont formées. Mais personne n’en est absolument sûr. En l’état actuel des connaissances, il n’existe aucun trou noir plus petit que 3 fois la masse du Soleil et de largeur inférieure à 18 kilomètres.

La singularité et les objets qui tombent dessus

Tout objet qui franchit l’horizon des événements tombe vers la singularité. Là, l’objet fusionne avec la singularité dont les scientifiques pensent qu’elle est infiniment dense. Nous ne connaissons pas les lois de la physique qui s’appliquent aux densités fantastiques qui sont atteintes près de la singularité ou dedans, et nous ne pouvons donc pas décrire les condi­tions qui doivent y régner. Il s’agit ici littéralement d’un « trou noir » dans notre savoir.

Certains mathématiciens pensent qu’à l’emplacement de la sin­gularité pourrait se trouver un trou de ver, qui serait un passage vers un autre univers. Le concept de trou de ver a séduit les auteurs et les réalisateurs de films de science-fiction, qui ont produit de nombreuses œuvres sur le sujet. (L’un des derniers livres sur le sujet s’appelle Cosm, il est écrit par Gregory Benford, et c’est une histoire dans laquelle des physiciens de Long Island créent un trou de ver). La plupart des experts croient que les trous de ver n’existent pas. Et même s’ils exis­tent, nous ne disposons d’aucun moyen pour les voir à l’inté­rieur des trous noirs, ni de nous frayer un chemin pour y accé­der. Une autre théorie affirme qu’à l’endroit où un trou de ver hypothétique est relié à un autre univers, il existe un trou blanc, qui est un endroit où une énergie énorme se déverse dans l’autre univers, un cadeau du nôtre. Cette idée semble aussi erronée, mais même si cette théorie était correcte, nous devrions voyager vers un autre univers pour en voir un (n’ou­bliez pas de négocier des tarifs en « Fréquence plus » !).

Il est hors de question que nous puissions nous rendre vers un autre univers (du moins pour le moment). Mais l’autre possibl lité, bien sûr, consiste à rechercher des trous blancs dans notrt univers, où des trous de ver provenant d’autres univers pour­raient émerger. Mais les scientifiques n’ont trouvé aucune cho de cette sorte. Un jour, quelqu’un a suggéré que les quasars pourraient être des trous de ver. Mais maintenant, les astro­nomes disposent de données tout à fait valables pour expliqu les quasars. Donc en c qui me concerne, les astronomes sont tirés d’affaire.










← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles